technique photo

J’aime évoquer et partager mes passions mais pour autant cela n’engage que moi. Ma façon de procéder n’est pas nécessairement la plus orthodoxe ni même la plus usitée.

Dans le cadre de ma pratique photo et pour ce qui est du traitement des images, je n’utilise jamais Photoshop. Je shoote uniquement en raw sauf à de rares exceptions et développe mes fichiers sous Lightroom. Je recadre très souvent mes images .

Pour les prises de vue, jamais de flash, uniquement la lumière naturelle, Si cela m’empêche de shooter et bien je m’en accommode.

J’imprime systématiquement mes image « 5 étoiles » et ce pour deux raisons : je considère qu’une photo n’existe que lorsqu’elle est couchée sur papier et cela me permet aussi d’avoir un aperçu avant de faire un vrai tirage en labo. Et lorsque j’expose ou vends une de mes photos, je tiens toujours à disposition le raw d’origine.

 

Matériel utilisé pour ma pratique photo

Sur les tournages il me fallait un boitier de très petite taille.  Un Canon 100D avec deux pancake : un 24 et un 40mm, secondés par un 100 mm  pour les portraits , pour la fixation à la ceinture, un système spyder simplifié , très efficace .

J’ai supprimé le système tactile et « protégé « le boitier avec de nombreuses couches de Permacel. C’est un gaffer papier noir que l’on utilise à de multiples occasions dans le cinéma, solide, il présente l’avantage de ne laisser aucune trace de colle lorsqu’on l’enlève (en cas de revente). Comme on peut le voir sur la photo du 5D, il recouvre presque tout le boitier y compris certaines commandes que je n’utilise jamais. Je ne travaille qu’en mode manuel, donc pas besoin du reste. En dehors de protéger des chocs ou des rayures cela donne un coté vieux matériel pas très attirant et c’est tant mieux pour limiter un peu le risque de vol. Bien sûr pour les adeptes du point rouge ou des marques affichées, ça le fait moyen …

Je travaille  avec des focales fixes :

  • en Sygma : un 85 et un 50 de la série art.
  • en Canon : un 16/35 série L bientôt remplacé par deux focales fixes  et un 100 macro série L. .

Chaque optique est protégée par un neutre. Le tout étant recouvert de Permacel (surtout le liseré rouge).

J’utilise également :

  • un pied Benro carbone avec une télécommande filaire. Pas de HF .
  • un pinceau pour les optiques et de retour à la maison un pinceau rotatif anti-statique pour le capteur, si utile .

Dans mon sac j’ai des protections, à savoir des boules Quiès (concert ou courses de f1), des genouillères , un kway pour la pluie mais que j’utilise le plus souvent comme couverture de sol pour la macro.

J’ai deux boites pour mes cartes mémoire : une pour les cartes vierges et une autre de couleur différente pour les pleines .J’ai une technique personnelle pour être à peu près sûr de ne pas surcharger mon sac : régulièrement je le vide pour le nettoyer et tout ce qui n’a pas servi lors des sorties précédentes est systématiquement enlevé.

Fabrication d’un caisson insonorisé et étanche aux intempéries

Utilisation : tous les lieux ou circonstances où l’on doit pouvoir prendre des photos dans un silence total : un plateau de tournage ou des photos animalières par exemple.

Ces boîtiers sont conçus de manière à être quasiment étanches aux intempéries. De par leur fabrication ils peuvent aussi servir de Crash boxe pour des utilisations plus rock-end-roll : shoot lors d’une tempête ou sur le bord d’un circuit.

Une fois le boitier à l’intérieur, le son émis par l’appareil à un mètre de distance est proche de zéro décibel. Le caisson est conçu de manière à pouvoir changer très rapidement les tubes avant en fonction des cailloux utilisés.

Pour une utilisation insonorisée, j’ai installé une commande filaire externe et pour une utilisation sous la pluie ou dans des conditions très difficiles, J’utilise un boîtier de télécommande avec retour vidéo. Dans ce cas, une fois fermé le caisson est totalement étanche.

Ce type  de caisson s’adapte à tout type de boîtier. Le plus petit me permet d’utiliser un canon de 100 D . Le modèle intermédiaire est prévu pour mon  5D avec une série de tubes adaptés à mes objectifs.

Dans le cadre de mon travail, j’ai fabriqué un grand modèle prévu pour une caméra Alexa.

Le caisson a servi à filmer des comédiens dans une piscine et a été immergé d’environ 70 centimètres pendant plusieurs heures. Dans ce cas précis, j’ai prévu des orifices sur la partie supérieure pour faire passer les câbles de commande de la caméra.

 

Matériel nécessaire pour la fabrication d’un caisson étanche et insonorisé pour appareil photo

  • une perceuse et une scie sauteuse
  • du silicone de vitrier , quelques boulons/écrous inox .
  • une boite pélycase : 210mm/170 et 100 de profondeur pour le 100D
    250mm/190 et 100 de profondeur pour un 5D Modèle IM2050
  • du tube PVC : de 100 et des raccords à visser pour le 100D,
    du 120 de diamètre pour le 5D
  • un filtre anti UV : 95 de diamètre pour le 5D qui convient du 16 mm au 85 mm
    un filtre de 80 pour du 24 au 100 mm pour le 100D.
  • deux télécommandes filaires à moins de 10€ pièce.
  • de la mousse type tapis de sol fera très bien l’affaire.

Les raccords PVC sont équipés d’origine de joints spy parfaitement étanches.
La télécommande est collée au silicone à l’extérieur et sert en même temps de poignée .

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *